Michel DUBY
Du bons sens pour PASSY
cgPage d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amicd
Joindre Michel DUBY
mduby74@gmail.com
Bonjour Michel,

 Je t'écris depuis ton site, qui s'est bien étoffé depuis ma dernière visite ! Bravo.
 Et quelle chance d'avoir perdu Annecy 2018 !
 Merci pour tout ce que tu fais aussi.[...]

François M.

Courrier de lecteurs
Un site qui se veut sincère et objectif.
 
Continuez d'informer, nous en avons besoin plus que jamais.

Aujourd'hui 03 février nous avons crevé le plafond en matière de pollution (183mg/m3) de PM10 à 11 heures ;
Combien d'entre nous ont été informés ?
Quelles mesures d'urgence ont été prises si l'on considère que le seuil d'alerte est fixé à 125 mg/m3.
Il en sera de même ce vendredi 4 février.

Bibiche la râleuse,
 lectrice fidèle et assidue.
Vign_image_defaut_ori
Courriers
Salut Michel. quel beau site tu as là !
Allez, hauts les coeurs.
Je te souhaite de faire un excellent score dimanche !
Amicalement.
François M.

Bonjour, Je cherche à joindre Michel Duby depuis quelques temps, en direct (au moins par mail)...
Serait-il possible d'avoir son mail direct, SVP ?
A très bientôt Céno


Bonjour M. DUBY je pense qu'il n'est pas nécessaire de faire des critiques  sur les augmentations sur Passy.
Je pense qu'il serait plus utile de critiquer l'ancien Maire { M.T.} car c'est bien lui qui est  la cause de ça, avec les constructions { gymnaste, terrain de foot).
Cordialement M. R.

Remerciements pour ce site tout à fait remarquable, riche, documenté et qui mériterait d'être plus régulièrement mis à jour.
Il répondrait alors à une forte demande locale dans le domaine de l'écologie politique.
Ulysse
Témoignage
Courrier des lecteurs


Merci pour votre information très détaillée dans le Passy Citoyen au sujet de la pollution dans notre vallée.
Bon courage pour votre présence citoyenne sur les sujets d'actualité de la commune de Passy.

Avec notre fidèle soutien.

Anne Marie Biard et Michel Girardin « liste citoyenne de 2001 » avec Michel Duby
et candidats aux cantonales de 1998 et 2004 soutenus par l'ACP.

Jeudi 22 février 2018

  

Conseil municipal, une délibération parmi d'autres

Auditeur silencieux et attentif, j'apprends qu'une antenne haut débit devrait être installée au Parvis des Fiz si la convention dont il est question dans cette délibération était menée à terme.

Par chance, les conseillers de l'opposition veillent au grain !

Michel Duby expose longuement la situation de Passy, ville record en sources de pollutions qui s'enorgueillirait alors (si cette délibération était votée) de disposer d'une source supplémentaire de risque pour la population.

Les ondes électromagnétiques ne sont pas anodines et une loi cadre l'implantation d'installations de ce type.

A Payraud minimise en tentant de banaliser ces ondes qu'il qualifie de "Hertziennes" et donc sans danger pour les habitants :

N'en déplaise à Monsieur Payraud, les ondes hertziennes ou radiomagnétiques sont des ondes électromagnétiques.

 En tant que passerand je déplore qu'une telle convention ait pu être un seul instant envisagée et soupire de soulagement lorsque le Maire se décide à ajourner cette délibération suivant en cela les propos sensés de M Duby, appuyé par les autres conseillers de l'opposition.

PL

NB : Les ondes hertziennes, utilisées pour les transmissions d'informations, sont de même nature que la lumière visible (ou autres : infra-rouge, ultra-violet, rayons gamma). Ce sont des ondes électromagnétiques correspondant à la propagation, dans le vide ou la matière, de la variation d'un champ électrique et d'un champ magnétique.

Soutien Dr Champly : position au conseil municipal de Passy d'un élu citoyen militant

Mars 2015

Délit d'opinion, déni de vérité : le Dr Champly doit-il être condamné pour son courage ?

par Michel Duby,
conseiller municipal à Passy, militant associatif, militant écologiste.

Cela fait des années que des lanceurs  d'alerte s'inquiètent de la dégradation du milieu naturel montagnard. Parmi ceux-ci, les membres de l'Association Citoyenne de Passy.

Dans leurs publications, les prises de parole publiques, ils  se sont régulièrement adressés aussi bien aux élus locaux qu'à la population. En se rassemblant, en échangeant avec d'autres militants, ils ont pu acquérir des connaissances sur l'origine des  pollutions de  l'air dans la vallée de l'Arve. Ils ont affirmé leurs convictions dans diverses revues parmi lesquelles le bulletin de l'Association citoyenne de Passy. Ils ont aussi porté plainte contre l'Etat en la personne du Préfet pour non application de la loi sur L'Air et l'Utilisation Rationnelle des Energies qui garantit à chacun l'accès à un air qui ne nuise pas à sa santé  et la mise en danger des populations.

En tant qu'élu, je  suis souvent intervenu au conseil municipal de Passy afin de faire le point sur les avancées du Plan de Protection de l'Atmosphère. A ce titre, j'ai été en effet le seul à  participer aux réunions en sous-préfecture qui ont permis son élaboration. Maigres avancées certes, mais ce document a contribué à la prise de conscience  de la gravité des problèmes par  les représentants de l'Etat, les élus : après un diagnostic basé sur les relevés scientifiques d'un organisme compétent, AirAPS, une liste de mesures permanentes et temporaires a été dressée.

Le peu d'empressement des autorités et des élus à favoriser leur application laisse supposer que la vigilance  reste de mise : les lobbies routiers sont puissants, le courage de nos  responsables politiques nationaux absent, et sur le plan local, très peu de maires se sont réellement impliqués pour envisager des réponses crédibles aux problèmes graves de santé publique posés.
 

A Passy, je me suis heurté  à  l'indifférence des maires, à leurs moqueries, leur arrogance : "Tu exagères toujours ! " avait dit l'adjoint à l'environnement Yves Tissot en conseil municipal avec un  rire goguenard suite à une de mes interventions concernant les risques  sanitaires liés à la mauvaise qualité de l'air en 2009. La pollution  serait justifiée par la nécessité économique, comme le rappelait  récemment encore un autre élu. L'économie  libérale ne serait-elle  pas responsable de cette catastrophe sanitaire ? Des camions TIR traversent la commune pour proposer un travail sous rémunéré dans d'autres pays européens à des populations exploitées ; les rejets dans l'atmosphère de l'industrie  seraient un mal nécessaire.

Finalement, les utilisateurs de chauffage au bois, c'est-à-dire Monsieur Tout le Monde serait responsable de toute cette pollution. Un coupable est trouvé, montré du doigt ce qui permet à l'autorité publique (élus nationaux et gouvernements, représentants de l'Etat que sont les préfets et les sous-préfets...) de ne  prendre ainsi aucune décision contraignante et de ne pas heurter  l'intérêt des lobbies du transport. Rappelons qu'il serait très facile d'utiliser l'Autoroute Ferroviaire Alpine qui pourrait accueillir  300 000 camions.   

          
Cependant, mes interventions au conseil municipal ont sans doute modestement permis  de faire évoluer les mentalités. La situation de déni il y a cinq ou six  ans affichée par certains maires du canton a évolué. Monsieur Peillex, en tant que conseiller général et maire de St Gervais affirmait à la Commission locale d'information et de suivi de SGL Carbon le 5 mai 2013 que « la pollution naturelle a toujours existé, que les « pets » des chevaux ça existe et qu'ils sont très polluants. »

Il est vrai que face à des arguments scientifiques aussi solides, le Docteur Champly n'a plus qu'à bien se tenir. Les médecins qui se sont mobilisés sont mal renseignés, les militants qui se sont inquiétés des risques sanitaires, les parents d'enfants victimes d'allergies, de toux, d'irritations diverses, de difficultés respiratoires de leurs enfants ne sont que des agitateurs fantaisistes.

Aujourd'hui, nous sommes dans des postures affichées à la veille des élections départementales et Monsieur Peillex, en refusant d'évoquer sérieusement les problèmes, a tenté de récupérer les voix de ceux qui vivent du tourisme et qui craignent de constater une baisse de leur chiffre d'affaires. Il est vrai que si des décisions politiques draconiennes ne sont pas prises face à ce fléau, les amateurs de glisse et de montagne   constatant comme ils peuvent le faire tous les jours, la persistance de cette brume étrange en fond de vallée pourraient choisir d'aller skier ailleurs dans des espaces où les problèmes d'aménagement du territoire prévisibles ont été anticipés, loin des «coups de com » permanents auxquels certains maires nous ont habitués dans le canton : la « montagne à l'état pur », tu parles !

L'économie touristique pourrait légitimement  pâtir de cette situation. Alors, mieux vaut-il être dans le déni, pousser sous le tapis les particules fines, les dioxydes d'azote, les hydrocarbures aromatiques polycycliques, l'ozone ?

Notre propos est plus simple : il y a problème, ne le cachons pas et agissons. Trouvons des solutions, chacun à son niveau.

 Lorsque j'avais  participé avec l'AVP au blocage de l'UIOM en 2003, Chedde étant victime  d'odeurs pestilentielles en raison d'un arrêt technique, Monsieur Peillex, futur candidat aux cantonales, était venu apporter son soutien ... et deux bouteilles de  vin au piquet de grève (j'en faisais partie) pour encourager la  résistance devant le portail de l'usine. Le lendemain matin, un camion  de St Gervais était venu déverser les ordures mais n'avait pas pu  accéder évidemment à la fosse. Yves Tissot, alors maire de Passy, était lui aussi passé, affirmant qu'il n'y pouvait rien car le four  était dirigé par le Syndicat Intercommunal de Traitement des Ordures Ménagères dont le président était alors un élu chamoniard. Le lendemain, nous avions interrompu une  réunion du syndicat à Domancy afin d'alerter  les délégués. Ceux de certaines communes  appartenant au SITOM n'étaient pas au courant de son arrêt depuis  plusieurs semaines et de la puanteur persistante à Chedde.

Actuellement, il ne faut pas se contenter d'observer les problèmes inhérents à l'environnement et à la qualité de l'air à Passy en affirmant des lieux communs affligeants : « avant, c'était pire !», « La ville de Passy n'est pas la seule concernée », « j'ai travaillé à l'usine » ou « j'ai vécu à Chedde et je suis en pleine forme » …, affirmations fanfaronnes bien éloignées des inquiétudes sanitaires. Celles-ci sont souvent exprimées  par les lanceurs d'alerte qu'ont été les militants associatifs, relayés par des parents inquiets pour la santé  de leurs enfants, des employés travaillant dans ou à proximité de sites sensibles, d'habitants qui aiment leur région et ont envie de préserver ce milieu montagnard extraordinaire. Le corps médical local, l'institut de veille sanitaire ou l'OMS ont confirmé les craintes en apportant des éléments scientifiques qu'il nous faut entendre.  

Au plan local, le plus désolant est l'absence de curiosité de nos élus,  des maires de Passy en particulier, vis-à-vis de l'aménagement du territoire, l'absence d'anticipation face aux problèmes pourtant signalés depuis longtemps.

En 2002, après avoir publié un bulletin de l'ACP uniquement consacré aux  ordures ménagères et à l'incinérateur , distribué en cinq mille exemplaires sur l'ensemble de  la commune avec la complicité des Verts locaux, nous avions déjà organisé une réunion publique à Chedde. Le Dr Bluteau accompagné d'un pharmacien avait  fait une très belle conférence sur les risques liés à l'incinération : à l'époque, le problème du four de Gilly était dans  tous les esprits.

Alors, la médiatisation des pics de pollution pourra-t-elle contraindre nos  gouvernants à prendre en compte ces problèmes inquiétants ?

Il y a quelques mois,  nous avons constaté  que la lâcheté ambiante au plus haut niveau de l'Etat a fait abandonner l'écotaxe  qui aurait pourtant pu ouvrir  des perspectives nouvelles en termes  de politique de transports.

 Quant aux représentants de l'Etat, ils s'appliquent à rassurer la population, veillent à ce qu'il n'y ait pas de vagues dans le département ou l'arrondissement. Si nous devons agir à ce niveau,  adressons nous aux députés qui, dans le département, n'ont pas fait spécialement avancer les  dossiers quand ils étaient au pouvoir avec leurs  amis politiques et  qui pourtant se montrent beaucoup aujourd'hui. Pour quelles raisons  évidentes ? Sophie Dion, députée de la circonscription ne se présente-t-elle pas avec Georges Morand, maire de Sallanches aux prochaines élections territoriales ? Elle doit sans doute affirmer qu'elle est contre le cumul des mandats …

L'a-t-on vu manifester un quelconque intérêt face à ces problèmes de pollution avant le Graal de la députation ? Elle n'avait semble-t-il jusqu'alors jamais exprimé le moindre avis sur le sujet.

La situation est désespérante mais nous ne pouvons que continuer notre combat à  force d'arguments que nous maîtrisons pour qu'un jour … le bon sens et l'intérêt général prévalent !

En attendant, affichons notre détermination et notre total soutien au Dr Champly, menacé honteusement par le maire de St Gervais avec le soutien du maire de Passy.

Mais les rares élus et militants qui s'évertuent à convaincre, alerter, qui ont été confrontés à de rudes  difficultés, des menaces,  parfois agressés savent pouvoir compter sur les membres  et les conseillers municipaux de l'Association de Passy.

Les actes militants des réseaux d'associations contre la pollution, des médecins engagés, des médias lucides de plus en plus nombreux qui analysent la situation et interrogent nos consciences méritent le respect.



  La santé de la population est en danger.

 

Michel Duby

Conseiller municipal Passy

Président de l'ACP

 

 

Réponse aux contributeurs de l'alambik.

 

Merci aux anonymes contributeurs des publi-libres de l'alambik : leur illustration des propos de JC Guillebaud  est parfaite !

intégralité de l'article que nous  citons ICI

De l'intelligence au crétinisme

[...]

Quand l'air du temps est colonisé par des condamnations, des sentences et des imprécations croisées ; quand des criailleries misérablement justicières se substituent à la réflexion et au doute investigateur, alors une société entière s'engloutit, en effet, dans le  "rien"  du nihilisme.

[...]

Ce paysage-là est envahi par un chiendent particulier : le jugement ex abrupto et la condamnation lapidaire. Additionnez les mille et une chroniques de la presse écrite, les différents "plus" de l'internet, les blogs, les commentaires, les "j'aime" et les "j'aime pas", les twitts sans appel en 140 signes, etc. Vous prendrez conscience que notre espace commun n'est plus rien d'autre qu'un crépitement d'injures, de reproches et de sentences. Chacun y semble mû par une addiction nouvelle : donner son avis sur tout et sur rien.

[...]

La rage, l'agressivité, la boursouflure de ton, la suffisance des points de vue : tout cela n'a d'autre but que de dissimuler, derrière le tintamarre du ton, l'indigence du contenu. A partir d'intelligences individuelles répertoriées, on aboutit bel et bien à un invraisemblable crétinisme collectif.

Après le 2ème tour / mars 2014.

 

[...]
Ces derniers temps, lire et écouter articles ou émissions m'ont permis de remarquer combien notre société est dure : les paroles, les mots sont au mieux sévères,  au pire accusateurs, dévalorisants et   haineux, les jugements négatifs toujours et à l’emporte-pièce, les accusations parfois nauséabondes.
Jamais de respect ou de reconnaissance et très sincèrement, j’ai ressenti un terrible mal-être de vivre dans un tel environnement sociétal.
Certes les élections suscitent tout cela mais cette exaspération, cette montée en puissance des instincts négatifs me fait craindre l’effondrement d’une  forme d’humanité : même dans les petits villages les enjeux du pouvoir sont inquiétants, recherche non pas de bon sens et de solidarité mais intolérance  absolue à la diversité.
Cela n’est qu’un reflet médiatique peut-être mais repoussant.
[...]


Je n’ai que plus d’admiration pour votre groupe qui joue le jeu politique mais quel combat cruel , parfois vain !

Pascale



Correspondance

Immense déception ... Pourquoi laisser un boulevard à la droite ?

extraits d'une correspondance entre les 2 tours

Le 25/03/2014 20:49, _ Antoine _ a écrit :

Bonsoir Michel,


Il semblerait que vous ayez choisi de poursuivre l'aventure des municipales sans vous allier aux autres listes de gauche !

Seule, chacune des 3 listes de gauche ne peut prétendre au mieux à quelques postes de conseillers isolés, potiches et sans réels pouvoir !

Pourquoi ne pas aller chercher la majorité absolue avec une seule liste de gauche ?

Je suis extrêmement déçu de votre positionnement et très pessimiste quant au résultat du 2ème tour : Une usine d'embouteillage, des ronds-points, des caméras et la privatisation de la commune .... Un beau futur en perspective ... Dégouté !

Aucune raison ne peut justifier l’absence d'alliance à gauche, seule stratégie réellement au service "de la cause publique", de la commune et de ses habitants !
Pourquoi, encore une énième fois, rejouer la même pièce et ne pas vous unir ? Pour dégoûter un peu plus le peu d’électeurs qui a daigné se déplacer ?
Et moi qui croyais que peut-être, au moins à l'échelle locale, certains candidats pouvaient avoir le sens de l’intérêt commun, au-delà des égos et des clivages débiles des parti politiques ...

Du bon sens pour Passy, avez-vous dit ?


****

Wed, 26 Mar 2014 00:21:29 +0100

Bonsoir Antoine,


Ne pars trop vite dans les condamnations définitives. Il te manque sans doute des éléments.
Après quelques réunions pour tenter de nous rassembler dès le premier tour, les membres de l'ACP ont demandé, le 4 septembre 2013, de rencontrer les autres groupes dits de gauche. Nous avions appris qu'ils se réunissaient en douce, dans notre dos. Pas glorieux, voire lamentable ...!
Il nous a été alors signifié par M. Berlioux, responsable du PS, mari de madame, et par Yannick Legal qu'ils ne souhaitaient pas travailler avec Michel donc avec l'ACP ni avant, ni après le premier des élections municipales : nous n'avions qu'effleuré la représentativité des groupes en présence et le moyen de désigner la tête de liste ce dont nous nous moquions éperdument.
Alors, pourquoi ce désir de nous écraser si tôt ? Craignaient-ils que nous fassions ombrage à leurs ambitions personnelles affichées ? Pensaient-ils que nous n'aurions pas les moyens de constituer seuls une équipe en nous méprisant de la sorte ? Ne savaient-ils pas que nous sommes les seuls militants à avoir participé activement pendant tout le mandat à tous les conseils municipaux et avoir rendu compte honnêtement aux habitants de nos interventions ?
Alors, pourquoi nous recontacter après tant de mépris au lendemain du premier tour ? Le  besoin de pouvoir est-il si tenace ?
Par ailleurs, est-on responsable de l'effondrement du PS en France ? Pourquoi à Passy la gauche résiste-telle plutôt mieux ?

Ne serait-ce pas en partie grâce aux quelques couillons (ils sont rares nous en  convenons)  qui comme nous se sont battus et se battent pour que les gamins des quartiers aient un semblant de vacances grâce au FJEP ?

Qui comme nous  ont défendu le restaurant scolaire du Plateau ?

A ce sujet, Michel Duby est  invité le 3 avril au tribunal administratif de Grenoble car il a contesté le manque de concertation de la municipalité dans cette affaire. L'avocat de la mairie lui réclame 5000 euros de compensation : nous  supposons qu'au nom de la solidarité, tous ceux qui souhaitent conserver le fonctionnement actuel du restaurant scolaire du Plateau comme le PS et quelques autres manifesteront leur solidarité et l'accompagneront.
Nous aurions tellement d'autres exemples à te citer.  […]

Il y aurait  quelques pages à écrire encore sur les sujets municipaux mais les mensonges véhiculés par certains membres de listes de gauche ne sont pas prêts de s'effacer parmi les gens honnêtes de notre groupe.
Nous n’avons  pas honte de nous démarquer. C'est une autre manière de faire de la politique sur le plan local.
Nous rappelons, au-delà "du bon sens", les solides engagements militants depuis plus de quarante ans de notre tête de liste Michel Duby.

****

Wed, 26 Mar 2014 07:46:52 +0100

 

Bonjour Michel,

Merci pour votre réponse.
Je ne condamne personne. J'imagine bien la difficulté et l'exposition d'être une "personne publique". La critique est facile pour ceux qui ne font rien ou ne sont pas exposés ... J’apprécie votre engagement et soutiens vos actions.
Je suis seulement déçu que tous (j'entends les 3 listes de gauche) vous restiez campés sur de vieilles rancœurs et que vous ne puissiez les dépasser pour faire beaucoup plus que résister tant bien que mal ...
[...]

Antoine


Entre 2 tours
Réactions de colistiers

Je tiens à remercier chaque membre de cette équipe pour ses différences, pour ce qu’il apporte à tout le groupe, Je me sens bien dans cette équipe, des liens forts de confiance se sont établis, c’est vraiment agréable de se retrouver. Nous ne sommes pas toujours d’accord, c’est encore cela qui nous renforce, nos différences et la manière de les appréhender.

Notre force est dans ces différents courants de penser et la cohésion que nous en retirons paradoxalement. Cela veut dire que nous savons échanger, nous écouter et accepter d’autres idées que les nôtres.

 

C’est justement parce qu’il y a une équipe soudée que nous pouvons encore être là, nous savons où nous voulons aller et, surtout, où nous ne voulons pas aller, là, c’est une certitude.

Anne-Marie

 

L'action sournoise des deux partis de gauche a pour but de faire éclater notre groupe. Il convient d’éclairer les électeurs sur cette attitude. Ce sera la bonne manière d'échapper à ce "jugement tant redouté" d'avoir fait perdre la Gauche ; elle est bien assez grande pour perdre toute seule ! Comment peut-elle rester crédible face aux Citoyens en les abandonnant au seul pouvoir des Banques et du Marché Transatlantique ? [...]

Le danger de ces partis c’est l’ignorance et la cupidité :

En 1668 le bon curé de Sainte Marthe capable de réfléchir avant eux, avait constaté que "Notre ignorance favorise toujours notre cupidité car nous portons avec plus de liberté et hardiesse à un mal que nous ne connoissons pas être un mal, et que nous prenons pour un bien. Et de même notre cupidité produit plus ou moins de ténèbres, selon qu’elle est plus ou moins grande ; et elle peut arriver jusqu’à un tel degré qu’elle obscurcit entièrement notre esprit, qu’elle dérègle nos cœurs, qu’elle nous détourne de faire attention aux vérités qui pourroient nous détromper…"

Gérard

Courrier suite au conseil municipal de décembre

Décembre 2013

 

Les conseils municipaux se révèlent parfois  ennuyeux pour ne pas écrire fastidieux et certaines interventions renforcent ce sentiment ; déjà entendu, langue de bois, vacuité de propos qui n’enrichissent pas les débats ni la vie des citoyens.

En ce dernier conseil de l’année et fin de parcours pour l’équipe aux manettes, les délibérations ne semblaient pouvoir insuffler de dynamisme dans l’assemblée.

C’est alors ….

H Bosson récitait son pensum concernant la pollution constatée dans la vallée, constat désormais répétitif. Il accusait Le maire et son adjoint chargé de l’environnement de ne pas s’impliquer dans les manifestations (celle de protestation du mois de novembre entre autres) auprès des citoyens sensibles à la dégradation de l’air dans la vallée.

Voix monocorde, ton empreint de fatalisme indiquant qu’il faut agir : public atone.

Attaqué, l’adjoint Y.Tissot en charge de l’environnement demande à réagir, petit frémissement dans l’attente de sa défense. Mais la parole revient alors à M.Duby qui, précédemment, avait dû interrompre son intervention sollicitant la création d’une commission au sein de laquelle seraient décidées  les actions à mener en lien avec le PPA lorsqu’une  dégradation de l’air aussi sévère que celle que nous subissons actuellement perdure.

Ce dernier reprend donc et, enfin, des paroles claires, actives, engagées réveillent public et conseil : mais oui il est envisageable de ne plus fonctionner en clivages politiques et bornés lorsque la qualité de vie d’un territoire  est en jeu !

Mais oui, il est possible de réfléchir concrètement aux actions que peut engager une commune.

Une poignée de citoyens ne fera pas plier préfecture et lobbies, une association isolée non plus, un collectif d’associations … quelques pas, un conseil municipal encore  quelques pas.

Rêvons : une communauté de communes soucieuse de la qualité de vie de ses administrés s’employant à mettre en œuvre les mesures préconisées par le PPA , imaginer des actions possibles et diversifiées dans son propre fonctionnement et auprès des représentants de l’Etat, pas de géant !

Il reviendra à Myriam Saler de finaliser énergiquement l’intervention initiée par Michel Duby lorsqu’elle évoquera le dédain et le désintérêt de Y.Tissot lors d’une commission environnement face à ses demandes et la disparition rapide et inexpliquée de ce groupe de travail.

Elle exprime vivement le regret  que les réactions ne se manifestent que lorsque la situation semble « mettre le couteau sous la gorge » aux élus et habitants.

L’ACP est depuis de très nombreuses années impliquée dans les actions, réflexions et demandes concernant le PPA. Il suffit de relire leurs publications, leur site et celui de Michel Duby.

Défendre notre environnement, choisir des modes de vie (déplacement, fonctionnement et implantation d’entreprises, consommation …) sont des choix personnels certes mais aussi de société, la commune étant le creuset de ces choix, le conseil municipal le lieu où œuvrer de concert quelle que soit la couleur politique !

 Pas verte, ni rose ou rouge, ni bleue mais attentive, Georgette, auditrice assidue des conseils.

Restaurant du Plateau : colère !
Bonsoir Michel

Je te remercie pour ta réponse, ici les parents sont mécontents , ils ne comprennent pas , ne savent pas et pensent que l'amicale a fait preuve de faiblesse.
Ce n'est pas seulement le prix qui les choque , c'est surtout la disparition de la souplesse d'inscription au jour le jour . Je dois expliquer et c'est parfois difficile.
La mise a mort de la gestion du restaurant avait été bien préparée : crois-moi !

Au début d'année scolaire en 2010 le maire nous annonce que notre mode de gestion était illégal sans nous en dire plus. Nous avons essayé de savoir en quoi , notre convention étant à nos yeux et ceux d'avocats en règle.....
Durant toute l'année nous avons demandé à rencontrer le maire pour cette "illégalité" rien n'y a fait , que ce soit par lettre simple ou recommandée , par e-mail : aucune réponse !
L'indiscrétion d'un élu et d'autres indices comme la construction d'une cuisine centrale pour 800 places alors que les écoles n'en comptent que 600 sauf si on y rajoute les 200 du Plateau , tout ceci à fini par faire dire à Valérie lors d'une réunion que cela "sentait le rat crevé".
En ultime demande je me suis rendu au secrétariat du maire personnellement pour avoir un RDV au nom de l'amicale fin avril "OUI-OUI" m'a t on répondu il s'en occupe ! Et rien ! Par la suite revêtant son costume de faux-jeton le maire nous donna X excuses selon lesquelles il ne pouvait pas nous recevoir plus tôt et le 22 juin nous avons été convoqués par surprise en marie pour cette réunion que nous attendions tant !
Je considère que le maire nous a fait une « blitzkrieg » à la Sarkosy , pour l'occasion il avait fait venir son champion ,plutôt sa championne avocate experte en ce genre d'affaire qui nous expliqua en quelques minutes comment d'une association bénévole dans l'intérêt des enfants nous sommes devenus une association de malfaiteurs et risquions la prison ainsi que nos prédécesseurs , le maire , ceux d'avant ; bref une foule de gens à mettre en taule pour avoir fait de la concurrence à un service publique!
Le maire a alors fait savoir que lors du prochain conseil il mettrait fin au système et partie de la séance" parce qu’ayant d'autres obligations, l'avocate pressée de rentrer à Montpellier ne s'attarda pas davantage...
Nous n'avons pas eu la possibilité de prendre du recul, de nous concerter, rien , les gens partant en vacances on n'a rien pu faire , le « rat crevé » c'était ça et il le savait depuis longtemps . Il a agi au moment qui lui était le plus favorable, c'est lui le malfaiteur...
Pour ceux qui croient encore au père Noël , les enfants iront toujours planter leurs haricots au jardin des cimes pour les retrouver plus tard dans leurs assiettes , le Passy d'en haut aura toujours les meilleurs fournisseurs de qualité et le Passy d'en bas les fournisseurs du tout-venant....Le cuisinier d'en haut est formidable ! Les parents de l'amicale ont fait un boulot formidable!!!!!!
Je vais dormir , je suis écoeuré.
A bientôt Xavier

Conseil du 13 octobre 2011
Je sors d'un conseil municipal consacré au PADD (projet d'aménagement et de développement durable) : coquille vide qui ne contient que des préconisations générales, sans grand intérêt. C'est pourtant un document indispensable pour valider le PLU.
Il n'y aurait que deux pôles urbains sur la commune, Passy chef-lieu, le centre administratif et Marlioz, le centre économique. Michel Duby a expliqué qu'il fallait prendre en compte La Plateau, Chedde et l'Abbaye, le développement de commerces au chef-lieu ne semblant pas prioritaire. Le document ne contenait non plus aucune référence à l'usine.

Quand fut évoqué le fait d'inscrire le terme "lutter pour maintenir les établissements sanitaires du Plateau" et non "accompagner leur mutation...", Perrin et Ala ont expliqué qu'il fallait arrêter de rêver et que les directions des groupes faisaient comme elles voulaient, Perrin incluant SGL Carbon. Quel étonnement de voir deux communistes, de plus paraît-il syndicalistes, avoir cette position. Perrin a ajouté un peu plus tard qu'il était dommage que le projet de liaison avec Flaine ait été abandonné.
Plus consternant encore : ce document évoque la nécessité "d'améliorer la voirie existante afin de faciliter les liaisons en transports collectifs".
Cette condition ne semble pas nécessaire pour mettre en place des transports collectifs qui existent déjà et une réelle volonté politique pourrait les développer.

Seule intervention de la soirée d'Hervé Bosson (à l’attention de Michel Duby) suscitant la consternation des écologistes présents dans la salle :
"[...], je voulais te dire une petite chose...Les routes ne sont pas suffisamment en bon état à Passy pour mettre en place ce type de transports."
Encore du goudron sur des voies élargies et nous aurons une chance d'avoir des transports collectifs. Bravo!!!

La droite qui n'est pas pourtant composée de grands futés à Passy jubilait avec Perrin, félicité par Tissot pour son réalisme.
Il est bien chez les Verts, Hervé Bosson ????... et il a été le candidat incontournable du mouvement dans l'union de la gauche avec Perrin en 2008 contre le courant citoyen rassemblé autour de valeurs de gauche et d'écologie, contre l'union de la gauche aux cantonales en 2011.

Il y a des choses qui m'échappent. C'est beau les convictions politiques!!!!
Je me demande si l'adhésion à un mouvement ou un parti politique a encore, dans ces conditions, du sens.

Je ne développe pas les autres points qui concernaient le développement durable, les  auditeurs présents dans la salle pourront témoigner .

P.L - Citoyen de gauche
Contactez-nous par courriel!
Nom :
Prénom :
Email :
Message :
Veuillez recopier le texte
affiché dans l'image :

Conseil municipal
Citoyenne lambda, j’assiste régulièrement, et ce depuis plusieurs années, aux séances des conseils municipaux de Passy.

Je pensais naïvement que les élus à qui nous avions accordé notre confiance étaient des êtres dotés d’une conscience critique et citoyenne supérieure à la moyenne, que le débat démocratique et politique (au sens premier de la « res publica ») était leur objectif premier avant de voter pour ou contre les délibérations.

Las ! De séance en séance je déchante. Hormis 3 élus dont je ne peux qu’admirer la constance et l’acuité intellectuelle, je m’effare de la vacuité des échanges observés.

Je reviens au conseil de ce soir dont l’ordre du jour copieux et touchant des sujets essentiels laissait supposer l’émergence de débats pouvant éclairer les simples citoyens que nous sommes.
Hélas !
Premier constat : Messieurs les élus, apprenez donc à articuler, à poser votre voix, à fluidifier votre propos. Vous écouter sera alors tellement plus aisé.
Emergent de cette bouillie verbale les voix de Michel Duby et Michel Colliquet : calmes et posées il est agréable de les écouter. Alain Roger parvient également à s’exprimer clairement.
Deuxième constat : apprenez donc les règles élémentaires de la courtoisie des échanges verbaux !
Ecouter, prendre la parole sans interrompre celui qui expose son point de vue : le duo G.Perrin /Y.Tissot ressemble à un mauvais numéro de revue entendu plus de mille fois.
Stérilité de l’échange de ces duettistes qui ne font rire qu’eux-mêmes et dont nous sommes tous lassés dans les rangs du public, face à des conseillers constituant une assemblée silencieuse, sagement installée et levant la main au signal de son chef de file, le « pater familias » qui donne benoîtement ses avis auxquels chacun(e) souscrit.

Clou du spectacle de ce soir : le diaporama de M.Tissot.
Le sujet méritait toute l’attention des participants : plan de protection de l’atmosphère, siglé PPA .
Nous attendions avidement les explications sur ce PPA mais … paroles inaudibles, diapositives défilant sans explication ou alors incompréhensibles lorsqu’un mot était enfin saisi au vol.
Diantre ! Mais cela se prépare une projection, M Tissot ! A minima il eût fallu anticiper en lisant et sélectionnant les informations à expliciter : j’ose supposer que les élus ont compris la totalité des informations.
Heureusement Michel Duby a évoqué l’origine de ce PPA, la loi LAURE et la mobilisation des associations de protection de l’environnement pour obliger le préfet à respecter cette loi.
Tandis que nos duettistes de choc s’attardaient sur la manière dont le maire pourrait surveiller les modes de chauffage des particuliers, Alain Roger tentait d’élever quelque peu la teneur des échanges.
Mais face à la médiocrité, que pouvaient bien faire M Duby et A Roger, les seuls semblant avoir préparé le conseil.

Le premier point à l’ordre du jour était tout aussi alléchant : l’intercommunalité.
Vaste sujet pour lequel j’attendais un échange de points de vue qui m’eût permis d’éclairer mes pensées … Hélas, mille fois hélas.
Face aux remarques des élus de l’opposition stigmatisant le manque de concertation et les décisions unilatérales du maire, ce dernier ne parvient à opposer que des « c’est comme ça » et des « voilà » et « de toute façon on votera ce soir » ; peut-être s’inspire-t-il de Philippe Lucas (ex entraîneur de Laure Manaudou) qui n’exprimait rien , n’argumentait jamais mais avait sa phrase passe-partout « et pis c’est tout ! »
Comme viatique, c’est peu ! Mais bon, P.Lucas a mené sa championne aux JO ; G. Petit Jean a lui aussi tenté de mener Passy aux JO mais ses petites expressions laconiques et péremptoires ne lui sont guère utiles, que ce soit pour les JO ou dans tout autre domaine politique.
Bref pour l’intercommunalité, je reste sur ma faim.

Je poursuis sur le manque de concertation, très souvent reproché au maire lors de conseils antérieurs.
Point crucial pour de nombreux auditeurs de ce soir : l’harmonie et l’école de musique.
Plusieurs membres de cette association étaient présents dans le public, attendant fébrilement que ce point soit abordé.
Outrés par l’attitude du maire qui semble décidé à forcer la municipalisation de leur association sans concertation préalable, ces derniers espéraient être entendus par les membres du conseil.
Michel Duby a vaillamment et sereinement défendu leur droit à l’expression en demandant une suspension de séance afin que les deux parties soient entendues et que chaque membre du conseil puisse forger sa propre opinion.
En dépit des propos parfois contradictoires et souvent obstinés du maire, des interruptions discourtoises de Y.Tissot, il est enfin parvenu à obtenir ce droit de parole pour la présidente de l’association après que M.Colliquet, et il faut ici saluer la clarté de sa présentation, ait repris l’historique et le contenu de cette affaire.
Le vote est favorable à la municipalisation mais qu’importe. Ce que je retiens de la délibération n’est pas tant le résultat que la méthode inélégante et aveugle employée par le maire et sa somnolente majorité.

Je pourrai poursuivre indéfiniment pour ressasser les mêmes mots / maux ?
Manque de concertation et de clarté, précipitation et réflexion tronquée, agressivité verbale de la part de certains élus quelque soit leur parti, manque d’écoute, manque de respect de la population et des élus, majorité qui peut se contenter de voter sans réflexion ni discussion.

Eclairant, ce propos du maire : « c’est la majorité qui décide » ambigüité volontaire ou inconsciente ?
Irais-je encore m’asseoir dans les rangs du public ?
Je ne sais si je saurais rester silencieuse sur ma chaise encore bien longtemps ; ce soir, concernant le PPA, j’avais envie de lever la main et interroger M. Duby qui semblait bien au fait de ce plan et nous aurait probablement informés simplement mais clairement.
J’avais envie de calmer les membres de l’harmonie en leur rappelant les explications nettes de M.Colliquet.
Et j’ai apprécié les remarques de A.Roger qui pointe les failles du manque de clarté dans les démarches du maire.
J’ai évoqué plus haut 3 élus dont la présence, à elle seule, relève la teneur des conseils ; alors pour ces hommes-là, nourris de « la chose républicaine », soucieux d’élucider la présentation des délibérations ou contradicteurs affutés, je crois que j’assisterai encore aux conseils dont l’ordre du jour m’interpellera.
J’apprécierai encore certainement les analyses pertinentes de M.Duby qui toujours manifeste une grande rigueur intellectuelle tout en tentant d’éclairer les points nébuleux de la vie d’un conseil municipal, les explications sereines de M.Colliquet ou les remarques de A.Roger.


C. Lambda
Soutien raisonné et inconditionnel
Merci Michel Duby

Merci de faire confiance à notre réflexion, à l'alimenter  par vos écrits nourris de votre expérience militante .

Je réalise à quel point votre regard sur la vie démocratique est empreint d'honnêteté et de rigueur : sans étiquette partisane vous êtes, sans étiquette devrions-nous tous devenir afin de rester vigilants dans nos choix, nos engagements et nos actes.

Comme il est facile  de se cacher derrière une couleur ou un sigle, quelques slogans afin de ne pas avoir à s'exprimer avec "ses tripes", en toute sincérité ainsi que vous le faites.

Vos écrits reflètent votre souci d'informer, de donner matière à débat, vos actions également.

Assister à l'une de vos réunions de campagne apporte un éclairage supplémentaire : pas de parole factice, pas de slogan, pas d'attaque "langue de bois" envers vos adversaires mais une parole vraie, soucieuse du point de vue de chacun, apte à défendre notre environnement.

Un humaniste de gauche, écologiste, à qui faire confiance.

Une citoyenne ordinaire.


Propositions pour Passy
Créer un site avec WebSelf